Magal2018: Touba plus qu’une terre religieuse mais, un enjeu électorale

28 October 2018 - 113 vues

A quelque quatre mois de l’élection présidentielle du 24 Février 2019, entre collecte de signatures pour le parrainage et mobilisation des troupes en vue du scrutin, certains greniers électoraux cristallisent l’attention aussi bien de la coalition au pouvoir que de l’opposition. Parmi ceux-ci, Touba qui est jusque-là entre les mains de l’opposition, en particulier du Pds, se retrouve au centre de cette bataille électorale. Avec sa coalition Bby, Macky Sall affûte ses armes et lance ses lieutenants à l’assaut de la ville de Bamba, en prélude à ce grand scrutin de février prochain.

La visite à Touba hier, jeudi 25 octobre 2018, du président de la République, Macky Sall, dans le sillage du grand Magal semble revêtir un cachet particulier, au-delà de son caractère officiel, traditionnel, et du souci du 1er des Sénégalais d’apporter le soutien de la Nation à la communauté mouride, à l’occasion de cet événement annuel de la ville sainte de Bamba. Pour cause, à moins de quatre mois du scrutin présidentiel, la cité de Khadimou Rassoul semble cristalliser les attentions de tous les grands partis en lice pour la présidentielle. Principalement du président Macky Sall qui se fige dans une dynamique de conquête de ce bastion électoral resté depuis lors hors de portée de la coalition présidentielle Bennoo Bokk Yaakaar.
Le département de Mbacké dont Touba fait partie reste en effet un grenier électoral sur l’échiquier national après les départements de Dakar et de Pikine. Pour preuve, en 2017, lors des élections législatives, on y dénombrait 340.587 électeurs répartis en 748 bureaux de vote. Mieux, la commune de Touba-Mosquée qui est l’épicentre compte à elle seule 548 bureaux de vote répartis en 37 centres et cette commune engrange une population électorale plus grande que celle de régions comme Kédougou, Matam, Sédhiou, Tambacounda et Kaffrine. Dès lors, on comprend tous les enjeux électoraux de la ville sainte. Or, Touba résiste jusque-là à Macky Sall comme à l’Apr et reste par conséquent entre les mains de l’opposition, plus précisément celles du Pds de Me Abdoulaye Wade.

Le Pape du Sopi a été le maître des lieux, à Touba comme à Mbacké, lors de la présidentielle de 2012. La coalition Fal avec Me Wade y est en effet arrivée en tête avec 64.591 sur les 116.180 voix, valablement, exprimées. Dans la foulée des élections législatives de 2017 et malgré le « sabotage » du scrutin dans plusieurs zones de Touba-Mosquée, plus précisément avec 220 bureaux de vote qui n’ont pas sacrifié à l’expression des suffrages d’après le rapport de la Cena, l’opposition a raflé la mise à Bby avec 50.071 voix.

Seulement, à l’aune de la prochaine élection présidentielle, des boulevards semblent ouverts au président Macky Sall qui se fait un point d’honneur à mettre Touba dans son giron. Et pour cause, l’opposition, en tout cas jusque-là, risque d’aller à cette élection en ordre dispersé. Avec un Pds dont l’électorat dans la ville sainte pourrait se scinder avec les défections de Pape Diop de Bokk Gis Gis mais surtout de Me Madické Niang dont on connait les accointances avec la communauté mouride, l’électorat local et les jeunes marabouts-politiciens mourides, très favorables à un plan alternatif à la candidature de Karim Wade au sein du Pds. Question à mille balles : cette situation ne risque-t-elle pas d’émietter l’électorat à Touba-Mbacké au profit de l’Apr et de ses alliés ?

En tout état de cause, Macky Sall semble sous le pied de guerre pour arracher ce bastion électoral des mains de l’opposition et du Pds en particulier, dans la quête de son second mandat. Après l’enrôlement de Serigne Abou Lahad Mbacké, coordonnateur du Magal de Touba sur la liste de Bby lors des élections législatives passées, par ailleurs chef de village de Touba-Mosquée et récemment nommé Conseiller économique, social et environnemental, la récupération du maire de Mbacké Abdou Mbacké Ndao et le soutien des petits fils des Cheikh de Serigne Touba par le biais de leur mouvement « Jamahatoul Ishane », la coalition au pouvoir semble faire un grand « bond en avant » dans la cité religieuse.

Toujours, dans cette dynamique de ratisser large dans la capitale du mouridisme, le Secrétaire national de l’Apr peut aussi compter sur le président de la communication du grand Magal Cheikh Abdou Bali Mbacké, dénommé «l’homme fort de Touba». Celui-ci est en train de mener des actions sociales dans les quartiers périphériques pour décrocher des militants à gauche et à droite. En plus, l’Apr pourra s’appuyer sur le président des chefs de villages Abdou Lahad Diakhaté et sur Abdou Lahad Kâ, maire de Touba. Pour dire que le président Macky Sall et sa coalition Bby misent sur ces trois Abdou entre autres pour manager cette victoire tant voulue et espérée au soir du 24 février 2019.

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article